02/04/2013

Saint-Hilaire : Didier Bosca a formé plus d'une dizaines d'apprentis mécaniciens en 30 ans

Depuis 30 ans, Didier et Sylvie Bosca vous accueillent dans leur garage.

En 1983, Didier Bosca est jeune mécanicien st-hilairois, il vient de terminer son apprentissage au centre de formation de Lezignan et veut s'installer. Il acquiert avec sa future femme Sylvie l'ancien terrain de camping de St-Hilaire qui appartenait à la mairie et y fait construire son garage.
En créant cette nouvelle entreprise, Didier et Sylvie « partent de zéro ». Soutenus par les parents de Didier, ils se lancent dans l'inconnu avec pour seul acquis : la passion de Didier pour la mécanique. Sylvie, jeune diplômée en comptabilité, se charge rapidement des factures et du secrétariat. Le duo qui fonctionne à merveille accueille d'ailleurs par la suite des apprentis dont deux sont aujourd'hui salariés de l'entreprise, Hervé Mérou et Laurent Delrieu. En 30 ans d'activité, seize passionnés ont donc débuté leur carrière entre les mains de Didier. Fier de suivre leur parcours, ce dernier est investi au sein du Centre de formation d'apprentissage de Lezignan dans lequel il donne des cours, pendant que Sylvie défend la profession auprès des chambres de métier.

st-hilaire, garage Bosca, économie locale, 30 ans
Didier Bosca, son apprenti et les deux salariés Laurent Delrieu et Hervé Mérou.


Une petite entreprise qui connaît pas la crise...
Dès les premières années, le garage voit ses clients se fidéliser. En effet, le canton n'est pas pourvu jusque là de garage et le professionnalisme de l'entreprise Bosca ne tarde pas à être reconnu. L'activité, d'abord locale, s'étend progressivement au canton et Sylvie d'ajouter que « certains clients vivant aux quatre coins de la France attendent les vacances pour se rendre à St-Hilaire et nous confier leur véhicule ». Dans un même temps, l'équipe du garage doit s'adapter à différentes politiques et avancées technologiques qui bousculent le travail au quotidien. L'arrivée de l'électronique dans la construction des véhicules, la diminution de fréquence des vidanges ou encore le climat social général influencent le travail du garage. La famille Bosca et apprentis constatent  depuis les années 2000 l'apparition de nouvelles pratiques liées à ces évolutions, comme la demande de paiement en plusieurs fois ou l'achat de pièces électroniques directement sur internet par les particuliers. « Plus préoccupante que la concurrence, cette pratique remet en cause la chaîne du travail » et peut, dans le pire des cas, mettre le conducteur en danger s'il néglige les révisions conseillées ou tente de placer lui-même les pièces mécaniques détériorées. Il s'agit, en cette période de chômage et d'augmentation du coût de la vie, d'économiser sur des services, tels que la révision du véhicule, qui dans les années 1980 n'étaient même pas considérés comme une dépense.
Un moteur de l'économie locale
L'entreprise Bosca est aussi une machine à former des professionnels et mène à sa façon le combat de la jeunesse depuis 30 ans. Mohammed Oubalkassam, Laurent Delrieu et les dizaines d'anciens autres apprentis, à qui il a fait confiance, sont le fruit de la réussite de cet engagement à poursuivre.