11/09/2014

Ladern-sur-Lauquet : Chronique d'une journée de vendange

Chaque viticulteur, en cave ou propriétaire vendange ses vignes depuis quelques jours. Les viticulteurs adhérents de cave coopérative, nombreux dans le canton, répondent à des quotas bien précis et gradués. Une récolte doit disposer d’un poids et d’un degré donnés. Pour ce faire, les viticulteurs se voient dicter, par leur cave coopérative, l’ordre de vendange par cépage, la durée des vendanges, l’organisation de la récolte par machine ou manuelle et la quantité de raisins à récolter. Ces quotas permettent ensuite de produire les vins de l’année. Depuis fin août, les vendanges manuelles du cépage chardonnay sont lancées.

Vendanges.jpg


Itinéraire d'un vendangeur

Depuis quelques jours, il n’est pas rare de voir passer des travailleurs sur des tracteurs, camionnettes ou même à bicyclette se rendre dès l’aube dans les vignes. Dans le canton, il s’agit de couper les grappes de raisin de chardonnay. Dans quelques jours, ce sera au tour du Chenin d’être récolté.
Dès 7 h du matin, les vendangeurs se retrouvent au domicile de leur viticulteur. Encore trop tôt pour ces travailleurs d’engager une conversation, le silence règne. Après quelques minutes d’attente des derniers ouvriers, ils se répartissent les places dans les véhicules et se rendent dans les vignes alors que le jour se lève à peine.
C’est là que tout commence. Ils sont souvent accompagnés d’un chien et traversent des champs, des villages pour retrouver leur terre. Espagnols, Portugais et Français, jeunes et moins jeunes chaussent leur gant, partagent un café et démarrent. Les souches se succède, les langues se délient et au fur et à mesure, le soleil leur réchauffe les épaules. Des cris et des rires fusent dans les rangées sans ralentir le rythme soutenu de la journée. Vers 10 h, le petit-déjeuner est proposé par le « patron ». Une pause avant de reprendre les sécateurs, parfois en chantant...
Liés par un travail physique parfois ingrat, les ouvriers et viticulteurs avancent dans une ambiance familiale et modeste, propre à notre territoire. Plus qu’un travail, les vendanges font partie du patrimoine local.